Mlle Frankenstein, une histoire mythique

 

Mlle Frankenstein, une histoire mythique
Création 2013
Genre : théâtre de marionnettes à échelle humaine et bidouilles vidéo à échelle virtuelle
Public : adolescent, adulte, tout public à partir de 10 ans
Durée du spectacle : 1 heure 15
Jauge : 200-250 personnes

Comme son nom l’indique, Mlle Frankenstein est la digne héritière de son prodigieux aïeul. Aidée de son fidèle assistant Igor, son quotidien est réglé comme une équation, les expériences se suivent et se ressemblent.
Jusqu’au jour où un message automatique apparaît sur sa boîte mail et là tout bascule : prise alors dans les méandres du web et ses déceptions virtuelles, il ne lui restera plus qu’une seule issue : créer un homme parfait.

Puisant ses sources dans les mythes fondateurs de la procréation artificielle, « Mlle Frankenstein » transpose le mythe de Frankenstein dans notre époque emprise de virtualité.
Ce spectacle burlesque de marionnettes nous pose des questions. Est-ce que l’amour est une consommation comme une autre ? La technologie et la science peuvent-elles résoudre tous nos problèmes ? Nous y répondrons par le biais de l’humour afin de rire de nos dérives.

 

 

 

Distribution :
Direction artistique et jeu : Nathalie Della Vedova
Direction musicale et jeu : Marie-Caroline Conin
Régie et jeu : Daniel Lawless
Regard extérieur : Alexandra Melis
Traitement graphique : Hélène Laxenaire
Aide a la construction : Maud Destane
Aide a la construction : Cécile Loraine
Structures décor : Jérémy Guillaume
Co-production : Le Chalut (48), ACSSQ (05)
Résidences : ACCR (38), Le Chalut (48), Cie Tro-heol (29), ACSSQ(05)
Soutenu par le Conseil général de l’Isère (38) et la mairie de Pont-en-Royans (38)
Technique et tarifs : nous contacter.

Ateliers
En lien avec ce spectacle, la compagnie propose deux ateliers.

Atelier : « comment le son peut-il manipuler l’image ? »
Public : à partir de 10 ans, adultes.
Intervenante : Marie-Caroline Conin (directrice musicale du projet)
Le processus de création de « Mlle Frankenstein » a amené l’équipe à s’interroger et à expérimenter autour des questions de manipulation sonores et visuelles. Nous pouvons transmettre en partie, sous forme d’ateliers, le fruit de nos expérimentations du doublage, du bruitisme en direct et la richesse d’une telle pratique. Après avoir expliqué et expérimenté brièvement les techniques de doublages sonores simples (voix, bruitages, musique…), cet atelier propose de doubler un film d’animation en direct. Par le biais de ces expérimentations l’enjeu est de pouvoir comprendre ce que le son peut faire dire à l’image, quels décalages peuvent être créés, quelle « manipulation ».

 

Atelier théorique : technologies, solitude et relations humaines
Public : adulte, adolescent (à partir de 14 ans)
Intervenants : l’équipe de direction artistique du projet, l’association d’éducation populaire L’Ebullition (Romans, 26), enseignants de littérature, sciences économiques et sociales, philosophie.
Amourette ou flirt électronique, cyber-romance ou cybersexe : les vocables ne manquent pas pour décrire les offres proposées sur les sites de rencontres en ligne. Le mois de la traditionnelle fête de la Saint-Valentin, bel hommage commercial aux amoureux, est l’occasion de se pencher sur l’engouement des internautes pour ce type de services qui compte, aujourd’hui, parmi les plus rentables du Net.
On peut bien sûr y voir un phénomène de société émergent et une évolution passionnante pour les sociologues : la technologie est bien à l’origine d’un nouveau processus de formation d’une relation de couple. Mais c’est aussi un nouveau marché qui, en s’appuyant justement sur des technologies désormais matures, revêt de formidables opportunités économiques. Les investisseurs ont d’ailleurs adoubé en octobre 2005 le marché de la cyber-relation en accueillant très favorablement l’entrée en Bourse de Meetic, le principal site européen et français de rencontres. Sa valorisation n’est pas sans rappeler les beaux jours d’Internet. Pour ceux qui s’inquiètent de cette surenchère vis-à-vis d’un bien qui tient en grande partie du domaine de l’impalpable, il est utile de rappeler que Meetic est une entreprise rentable, au bilan comptable positif et aux revenus bien réels, positionnée par ailleurs sur un secteur qui a fait ses preuves et qui ne semble pas prêt de passer de mode, celui des marieuses. Reste que notre Cupidon a une corde à son arc que ne possédaient pas nos grands-mères : une formidable base de données internationale qui s’étoffe chaque jour de 18 000 nouveaux profils décortiquables à souhait grâce à un système informatique très performant.
La question étant : cette réalité commerciale répond-elle a un service nécessaire d’un public demandeur ? Ou bien répond-elle à une pression sociale servie par les médias et les fictions audiovisuelles qui définissent une norme de l’amour, imposant un sine qua non à notre place sociale.

Retrouvez ici la video de « Mlle Frankenstein, une histoire mythique » en travail en cours en janvier 2013 chez Tro-heol:

haut de page